2.11.78.3, 2018-12-12 17:00:41
http://magazine.volkswagen.fr/media/cache/news_thumbnail2x/uploads/images/5c1a24ad749d1.jpg
Depuis 30 ans, la Coccinelle rythme l’existence de Laurent. De découvertes en belles rencontres, il nous raconte les raisons de sa passion et nous fait partager les grandes et petites histoires de sa collection.

Dans le garage de Laurent, Coccinelle et Combi devisent calmement dans un cadre familier qui appelle à la détente. Arpentant régulièrement les routes d’Occitanie, vous les avez peut-être déjà croisées ? Sans doute leur avez-vous alors souri…

« Avec sa rondeur, sa forme, la Coccinelle a un capital sympathie incroyable auprès des gens. À chaque trajet, dans chaque station-service, c’est un sourire, des photos ou des questions »
raconte Laurent, pas peu fier d’une collection débutée il y a près de 30 ans.

Origines d’une passion et passion des origines

Sa passion est venue par le plus grand des hasards. « En 1987, un ami et moi avions piqué une revue au ’pion’ de l’internat. C’était un ‘Super VW Magazine’. On a adoré, alors on a commencé à le lire tous les mois » se souvient Laurent. Trente ans plus tard, les deux compères partagent toujours la même passion, avec leurs préférences : « Il est plus dans les performances ; moi je préfère l’original, je ne modifie pas. » Presque voisins, ils continuent de faire leurs chantiers ensemble…

Retour en arrière. En 1989, Laurent achète sa première Coccinelle, une 1303, trois mois seulement après avoir obtenu son permis de conduire, puis une seconde en 1992 : « C’est dans ce modèle de 1962 que je me suis marié, et que beaucoup d’amis se sont mariés d’ailleurs ! » En 1993, la sœur de Laurent vend sa Coccinelle 1200 Standard blanche de 1973 à celle qui deviendra sa femme. Hasard ou coup de pouce du destin ?

Ma compagne participait à des rassemblements, cela a contribué à notre rencontre. Et la Coccinelle est restée dans la famille…

La famille s’agrandit, à tous les sens du terme. « Depuis, on a eu l’occasion de déménager, de récupérer d’autres véhicules », dont une Coccinelle Split de 1951 acquise il y a deux ans. « Je suis de plus en plus attaché aux modèles vraiment anciens, antérieurs à 1960. Cette Coccinelle-ci est suédoise et j’ai été la chercher jusqu’au Nord de l’Angleterre. » Quand on aime…

 

  • Coccinelle Split de 1951 (à gauche) et Coccinelle 1302 de 1972, remportée lors du jeu concours organisé par la concession Scala de Perpignan. En arrière-plan, une autre Coccinelle et un Combi.
  • Phares, pare-chocs… L’évolution stylistique de la Coccinelle entre 1951 et 1972.
  • L’intérieur de la Split de 1951, avec un tableau de bord emblématique de la première génération du modèle, dans l’immédiat Après-Guerre.
  • Cette Coccinelle 1200 Standard de 1973 roule quasi quotidiennement et a plus de 285 000 km au compteur !

Aspects pratiques et talents mécaniques

« La Coccinelle est robuste, à toute épreuve… C’est vraiment la facilité d’utilisation, partout, tout le temps » explique Laurent, qui fait rouler chacun de ses véhicules au moins une fois toutes les deux semaines. « La 1200 Standard que j’utilise au quotidien compte aujourd’hui plus de 285 000 km » précise-t-il.

« La Coccinelle est économique et peu chère à l’entretien. Elle a parfois la réputation d’être gourmande en carburant, mais je ne trouve pas que cela soit fondé. » Côté mécanique, il avoue avoir « démarré de zéro » avant d’apprendre sur le tas auprès de son entourage et de professionnels. Aujourd’hui, Laurent prend en charge une grande partie de l’entretien courant et la plupart des tâches mécaniques.

Pour les modèles après 1960, il est facile de trouver des pièces d’occasion ou de rechange. Pour ceux antérieurs à 1957, ça se corse… Il faut souvent aller voir à l’étranger. Et encore, Internet a considérablement facilité les choses.

Laurent et son épouse se rendent régulièrement dans des rassemblements, « surtout dédiés à des véhicules vintages très anciens » dans la région ou à l’étranger. L’occasion d’y retrouver d’une année sur l’autre des passionnés de tous horizons. Au niveau local, le couple rayonne des Landes jusqu’à Perpignan, où il a récemment eu une belle surprise…

  • Ni restaurée, ni repeinte, tout est d’origine : même la roue de secours équipait la Coccinelle 1200 à sa sortie de l’usine. Laurent n’a jamais crevé en 27 ans, pourvu que ça dure…
  • La Coccinelle 1302 de 1972, devant la Split et le Combi.
  • Laurent et l’affiche du jeu-concours organisé par la concession Scala de Perpignan.
  • Le garage de Laurent vu de l’intérieur, avec sa déco auto vintage.

Une collection qui s’agrandit…

Souvenez-vous, nous vous en avions parlé : en juin 2018, une Coccinelle 1302 de 1972 a été mise en jeu par la concession Scala de Perpignan dans le cadre d’un jeu-concours. « On avait participé à un meeting fin mai, où le groupe Scala était présent. C’est ma femme a rempli le coupon de participation. » Une riche idée puisque ce ticket se révèle gagnant quelques semaines plus tard.

On a beaucoup ri avec les Catalans, même s’ils auraient sans doute préféré garder la voiture chez eux… Le véhicule a une belle histoire. En 95, elle a été sauvée de la casse par des voisins. On peut dire qu’elle revient de loin

explique Laurent. Et on peut également dire qu’elle n’aurait pas pu trouver meilleur foyer que chez cet authentique passionné !

Merci encore Laurent pour votre passion, et bonne route en Coccinelle !

Souhaitez-vous vous inscrire à la newsletter ?

« Je reconnais avoir été informé(e) de ce que, conformément au règlement 2016/679 du 27 avril 2016, mes nom, prénom et adresse de messagerie sont utilisés par Volkswagen France, division de Volkswagen Group France, pour que me soit envoyé une lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de Volkswagen France. Ce traitement est fondé sur votre consentement. Ces données sont conservées tant que vous n’avez pas retiré votre consentement. Ces données sont destinées aux services de Volkswagen France en charge de la gestion de la relation avec les clients.

Conformément au règlement 2016/679 du 27 avril 2016, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition pour motifs légitimes, de limitation et de portabilité relativement à l’ensemble des données ainsi que du droit de formuler des directives spécifiques et générales concernant la conservation, l’effacement et la communication de mes données post-mortem. Ces droits peuvent être exercés grâce au lien de désabonnement intégré dans les lettres d’information ou auprès du délégué à la protection des données par courrier électronique donneespersonnelles@volkswagengroup.fr ou par courrier à l’adresse suivante Volkswagen Group France Relation Client, 11 Avenue de Boursonne, 02600 Villers-Cotterêts, accompagné d’une copie d’un titre d’identité signé.

Je reconnais avoir été informé(e) qu’en cas de litige, je peux saisir la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés. Les informations obligatoires sont signalées par un astérisque. En cas de non-communication de ces informations, il ne sera pas possible de communiquer les lettres d’informations.

Plus d'information sur nos mentions légales