2.14.88.2, 2019-04-17 12:17:15
http://magazine.volkswagen.fr/media/cache/news_thumbnail2x/uploads/images/square/5cc069646cb2f.jpg

Il s’appelle Pierre. Depuis toujours, il est amoureux de belles mécaniques. Et plus particulièrement de sa Cox, une voiture qu’il a mis plus d’un an à restaurer. Portrait.

D’aussi loin qu’il s’en souvienne, Pierre a toujours été fasciné par les voitures. « Les anciennes précise-t-il, celles qui ont des jantes qui ressemblent à des œuvres d’art et un tableau de bord recouvert de taule. » Une passion qu’il doit à son père, féru de belles mécaniques. « Il passait des heures à me raconter les émotions que pouvait lui procurer un modèle rétro » raconte le jeune homme de 25 ans. Et de poursuivre : « Enfant, ma chambre ressemblait à un gigantesque garage : j’avais d’innombrables petites voitures avec lesquelles je pouvais jouer des journées entières. Mais ce que je préférais, c’est quand mon père m’emmenait à Rétromobile, le rendez-vous incontournable des passionnés de voitures anciennes. J’en garde des souvenirs magiques. »

Des journées entières passées sur internet à la recherche de LA perle rare

Alors qu’il vient de fêter ses 14 ans, Pierre voit son père faire l’acquisition d’une vieille Mustang de 1966. « Pendant toute mon adolescence, cette voiture a fait partie intégrante de mon quotidien. J’aidais mon père à la bricoler. Et dès qu’il avait le dos tourné, je me glissais dans l’habitacle où je faisais semblant de conduire ! ». Rien d’étonnant donc au fait que très vite, il ait cherché à dégoter sa propre voiture, un modèle ancien qu’il pourrait lui aussi restaurer. Pour ce faire, Pierre se souvient avoir passé des journées entières sur Internet. « Très vite, j’ai commencé à m’intéresser aux Volkswagen, et plus particulièrement aux Coccinelle. L’avantage avec ces modèles, c’est qu’il est facile de trouver des pièces de rechange. Et puis j’ai également découvert l’existence d’une importante communauté de passionnés. Je trouvais géniale l’idée de pouvoir partager avec eux. »

Un modèle de 1965 abandonné au fond d’un jardin

Les mois passent. Pierre, s’il sait désormais ce qu’il cherche, peine à le trouver. « J’avais un budget très modeste qui ne correspondait pas à la réalité du marché. Je commençais à être un peu découragé jusqu’au jour où mon père a découvert par hasard que l’un de ses cousins avait une Coccinelle abandonnée dans le fond de son jardin depuis plus de 20 ans ! ». Un coup de fil plus tard, le fameux cousin accepte de céder sa voiture à Pierre. « Dans les jours qui ont suivi, il m’a envoyé des photos. Je n’oublierais jamais le moment où je les ai découvertes : elles montraient un modèle de 1965 avec son tableau de bord en taule, ses phares inclinés et ses pare chocs spécifiques. Bien que la voiture soit très abimée, j’ai tout de suite su que c’était celle-là que je voulais ! »

« J’ai choisi de l’utiliser le plus souvent possible pour profiter de ma passion »

Quelques mois plus tard, Pierre et son père sont allés la chercher. « À peine rentrés, on a commencé à la démonter ! Par la suite, j’ai passé tous mes week-ends et toutes mes vacances à lui redonner vie. Avec mon père, au total, nous avons mis plus d’un an à la restaurer. Aujourd’hui, j’en connais les moindres détails» Et pour le jeune homme, pas question de la laisser bâchée au fond d’un garage. « Lorsque je participe à un rassemblement de voitures anciennes, je vois très souvent des automobiles sublimement restaurées mais qui, malheureusement, ne doivent pas beaucoup rouler. Moi, j’ai fait le choix d’utiliser ma Cox au quotidien. Évidemment, cela implique que certaines fois je doive passer plusieurs heures après le boulot pour réparer un petit truc à gauche ou encore régler un petit truc à droite. Mais cela fait partie du jeu. L’idée, c’est que ma voiture ne finisse pas là où je l’ai trouvé, c’est à dire au fond d’un jardin ! »

Une passion partagée sur les réseaux sociaux

Dans les prochains mois, Pierre et sa compagne participeront au « Clisson Vintage », un évènement qui rassemble des milliers de passionnés d’anciennes Volkswagen. Ils ne seront pas seuls : leur fille, née il y quelques mois, sera du voyage. « Bien sûr, j’adorerai lui transmettre ma passion » souffle le jeune papa avant de préciser : « pour le moment, ce qui m’importe, c’est qu’elle fasse ses nuits ! » histoire d’avoir un peu de temps pour alimenter son compte Instagram sur lequel il partage déjà des centaines de photos de sa femme avec sa Cox. Une voiture qui, grâce à lui, aura connu plusieurs vies.

Souhaitez-vous vous inscrire à la newsletter ?

« Je reconnais avoir été informé(e) de ce que, conformément au règlement 2016/679 du 27 avril 2016, mes nom, prénom et adresse de messagerie sont utilisés par Volkswagen France, division de Volkswagen Group France, pour que me soit envoyé une lettre d'information ainsi que des informations concernant les activités de Volkswagen France. Ce traitement est fondé sur votre consentement. Ces données sont conservées tant que vous n’avez pas retiré votre consentement. Ces données sont destinées aux services de Volkswagen France en charge de la gestion de la relation avec les clients.

Conformément au règlement 2016/679 du 27 avril 2016, vous disposez d’un droit d’interrogation, d’accès, de rectification, d’effacement, d’opposition pour motifs légitimes, de limitation et de portabilité relativement à l’ensemble des données ainsi que du droit de formuler des directives spécifiques et générales concernant la conservation, l’effacement et la communication de mes données post-mortem. Ces droits peuvent être exercés grâce au lien de désabonnement intégré dans les lettres d’information ou auprès du délégué à la protection des données par courrier électronique donneespersonnelles@volkswagengroup.fr ou par courrier à l’adresse suivante Volkswagen Group France Relation Client, 11 Avenue de Boursonne, 02600 Villers-Cotterêts, accompagné d’une copie d’un titre d’identité signé.

Je reconnais avoir été informé(e) qu’en cas de litige, je peux saisir la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés. Les informations obligatoires sont signalées par un astérisque. En cas de non-communication de ces informations, il ne sera pas possible de communiquer les lettres d’informations.

Plus d'information sur nos mentions légales